Dans les médias
Presse

Geoffroy Roux de Bézieux sur RTL : Assurance chômage et retraites les deux grandes réformes à faire rapidement

Geoffroy Roux de Bézieux au Figaro

    Geoffroy Roux de Bézieux est intervenu ce matin dans l’émission d’Yves Calvi pour aborder l’acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron. Pour le président du Medef, « les deux grandes réformes qu’il faut faire rapidement, c’est l’assurance chômage et les retraites ». Il faut aussi continuer « la politique de l’offre », qui a été menée depuis maintenant quatre ans et qui a contribué à la création de « 800 000 emplois […] depuis le 1er janvier 2014 », tout en repensant « la manière dont on permet aux gens de se déplacer pour aller chercher du travail ».

    Reconnaissant que « les contrats courts sont un problème réel », Geoffroy Roux de Bézieux déplore le fait que « le gouvernement préfère pénaliser les entreprises avec un système très compliqué de bonus-malus » plutôt que d’écouter les propositions du Medef. Rappelant néanmoins que « depuis quelques mois, la part des CDI augmente très significativement », il prend même le pari que, d’ici trois ans, ce « mauvais système » n’aura « pas transformé un seul CDD en CDI ».
    Interrogé au sujet de la « vague verte » des dernières élections européennes et de sa compatibilité avec l’entreprise, Geoffroy Roux de Bézieux affirme que les « entreprises ont les solutions et il ne faut pas opposer économie et transition écologique », car « c’est souvent dans les entreprises qu’on peut trouver des solutions pour produire de manière plus sobre et plus économe en carbone ». Il insiste en effet sur le fait que, en changeant « les modèle productifs », il est tout à fait possible de « combiner l’indispensable transition écologique et le maintien d’une forme de croissance ».

    Prenant l’exemple de la taxe carbone qui a créé « une insatisfaction de la population », il considère qu’il est préférable d’« encourager toute sorte de moyens alternatifs » plutôt que de « punir et interdire ». Il admet cependant être « favorable à la taxe carbone », mais à deux conditions : « qu’elle soit stable dans le temps » et qu’elle soit « sur le long terme ».

    Au sujet du baromètre de l’attractivité du cabinet EY,  Geoffroy Roux de Bézieux se réjouit que la France détrône l’Allemagne, admettant même qu’elle est capable de rattraper les Britanniques : « On peut imaginer qu’avec le Brexit, surtout si c’est un Brexit dur, ce classement ne durera pas. » Sur l’assurance-chômage qui « maintient les gens au chômage » en proposant, « dans certains cas », un revenu de remplacement « trop proche du revenu du travail », Geoffroy Roux de Bézieux insiste sur l’importance de la « réformer ».

    Rebondissant sur le sujet de General Electrics, il rappelle que si « la transition énergétique, comme toutes les transitions, détruit de l’emploi dans certains secteurs, […] elle va en créer dans d’autres ». Pour lui, la question est donc de savoir « comment assurer la transition pour les individus », c’est-à-dire « la formation, mais aussi la mobilité », rappelant que la France est le pays de l’OCDE où « la mobilité géographique des individus est la plus faible ». Geoffroy Roux de Bézieux conclut son intervention en affirmant que « la réalité de l’économie » est telle que les Français n’auront « pas le même emploi toute la vie au même endroit » - une réalité « pour laquelle il faut que collectivement on se prépare ». 

    >> Revoir l’émission